SAINT-AGIL : D'argent à un château couvert de gueules, maçonné et girouetté de sable, ouvert et ajouré du champ ; à la bordure de sable chargée de 6 besants du champ.

Le château évoque le château de Saint-Agil, qui fut en grande partie construit par Antoine de la Vove, issu d'une famille de seigneurs de Saint-Agil aux XV° et XVI°s, et dont les armes (de sable à 6 besants d'argent) sont rappelées dans la bordure .

Création : J.P  FERNON (1994)

 

 

 

SAlNT-AIGNAN-SUR-CHER : Écartelé : aux 1 et 4 , de gueules à la bande d'argent ; au 2, de gueules à 2 burèles, I'une en chef et l'autre en pointe, au bâton haussé en bande brochant et arrêté à la burèle de la pointe, le tout d'or ; au 3 , de gueules à 2 burèles, I'une en chef et l'autre en pointe, au bâton abaissé en bande brochant et arrêté à la burèle du chef, le tout d'or. Sur le tout, écartelé de France et de Navarre.

 

 

 

SAINT-AMAND-LONGPRÉ : Foliolé d'or et de gueules.

Armes des premiers seigneurs de Saint-Amand aux XII° et XIII s. (Sceau figurant sur un cartulaire de la Trinité de Vendôme). Il s'agit vraisemblablement des armes de la famille Turpin qui porte "losangé d'or et de gueules", le dessin du foliolé présentant une similitude  certaine avec celui du losangé

 

 

 

 

SAINT-ARNOULT :  De  gueules à une roue de 8 rais d'or, au chef voûté du second, chargé d'une vergette de sable accostée de 2 écots de sinople, celui de dextre contourné en barre, et celui de senestre tourné en bande.

Le champ de gueules rappelle une ancienne activité du village, la viticulture. Les écots évoquent la fondation du bourg sur un défrichement de la forêt qui couvrait la région. Le chef voûté symbolise les nombreuses caves et carrières, également évoquées par la roue du carrier qui, au siècle dernier, servait encore à soulever les blocs de pierre de taille, au lieu-dit la Herse, en bordure de la "Rue Noire", le chemin médiéval de Montoire à Château-Renault, symbolisé par la vergette de sable.

Création : J.P FERNON (1989)

 

 

 

 

SAINT-AVIT : D'azur au lion d'or accosté de 2 losanges du même ;  au chef de sable chargé de 3 pals d'or

Le lion d'or sur champ d'azur se trouve dans les armes des Neveu, seigneurs d'Arras, fief situé sur le territoire de la commune, les losanges figurent dans les armes des Girondeau, seigneurs de Carcassonne et partie d'Arras, qui se qualifient au XVII°s. seigneurs de Saint-Avit. Quant au chef à 3 pals, ce sont les armes de la famille de Saint-Avit, seigneurs du lieu au XIII°s., figurant sur un sceau dont les couleurs  ne sont pas connues.

Création : J.P FERNON - J.J SILLY (1995)

 

 

 

 

SAINT-CLAUDE-DE-DIRAY : Ecartelé : au 1, d'or à une grappe de raisin pamprée de gueules ; au 2, d'azur à une botte d'asperges d'or ; au 3, d'azur à une trompette d'or en bande, I'embouchure en bas ; au 4, d'or à 2 glands feuillés chacun d'une pièce  de gueules et posés en sautoir.

Création : P. SENECAL (1984).

 

 

 

SAINT-DYÉ-SUR-LOIRE : D'or à un dragon de sinople foudroyé par un éclair de gueules mouvant de l'angle dextre du chef ; à la filière d'azur.

Ces armes évoquent la légende de Saint-Dié terrassant le dragon qui épouvantait le pays.

Création: M. HUEBER (1983).

 

 

 

 

SAINT-FIRMIN-DES-PRÉS : Parti d'or et de sinople, à 2 pommes de pin en chef et un pin posé sur une terrasse en pointe, de l'un en l'autre ;  au chevron  d'argent chargé de 2 fasces de gueules , brochant.

Le "parti" rappelle que la commune de Saint-Firmin est traversée par le Loir. Le vert évoque les prés, et l'or l'activité agricole de la commune.

Les pommes de pin figurent dans les armes des Baranger, seigneurs du fief de Haie-de-Champs aux XVI° et XVII°s.; le pin et le chevron se rencontrent dans les armes des Réméon, seigneurs de Chappedasne aux XVII° et XVIII°s. Quant au chevron, il est aux couleurs des armes des Fromentières, seigneurs du Châtel de Lisle et de la Grapperie du XV° au XVII°s.

Création : J.P  FERNON (1994)

 

 

 

 

SAINT-GEORGES SUR CHER : D'argent  à une épée abaissée de gueules en chef soutenue d'un dragon contourné de sinople issant de la pointe ; mantelé de gueules ; au chef - retrait ondé du champ.

L'argent mantelé de gueules évoque la terre fertile couverte de vignes ;  l'épée de gueules, la croix de Saint-Georges ; le  dragon ,  la nature rebelle (les coteaux à déboiser). Quant au comble ou chef-retrait ondé, il symbolise le Cher.

Création : Cl. CHEVY (1991)

 

 

 

 

SAINT-GERVAIS-LA-FORÊT : De gueules à une branche d'aubépine de sinople fleurie de 3 pièces mal ordonnées d'argent ; au chef cousu d'azur chargé d'une serpe d'or et voûté en berceau d'une pièce et deux demies d'or, maçonnées de sable.

Ces arrnes rappellent l'antique fief de l'Aubépin. La serpette des vignerons et les voûtes des caves où se faisait la crème immortalisent le labeur des paysans de la comnnune.               

Création : G. CORDIER (1972)

 

 

SAINT-GOURGON : D'argent à 2 lions passants de sable l'un sur l'autre ; au chef de gueules chargé d'une croix pattée alésée d'argent.

Les lions évoquent les armes de la famille de Fontenais, premiers seigneurs, au XV°s., du Breuil-Fontenais, sis sur le territoire de la commune. Quant au chef, ce sont les armes du chapitre Saint-Gatien de Tours à qui appartenait la seigneurie de la paroisse.

Création : J.P FERNON (1998)

 

 

SAINT-HILAIRE LA GRAVELLE :  Ecartelé : au 1, d'argent à une mitre de pourpre croisée du champ, soutenue d'une tête de crosse d'évêque aussi de pourpre ;  au 2, d'azur à une grappe de raisin et à une gerbe de blé, le tout d'or, rangées en bande ; au 3, d'azur à une truite courbée contournée en pal et à un rencontre de cerf, le tout d'argent, également rangés en bande ; au 4, d'argent à un dolmen de sable ;  à l'écusson brochant sur le tout : mi-taillé d'argent au chef de gueules, à un lion d'azur armé, lampassé et couronné d'or brochant ; et de gueules à 3 croissants d'argent ; à la barre de sable, chargée de 3 coquilles d'or dans le sens de la barre, brochant sur la ligne de partition.

La mitre et la crosse rappellent le patron de l'église , Hilarius, évêque de Poitiers au IV°s . Le 2° et 3° quartiers évoquent les différentes activités agricoles , viticoles et les loisirs (chasse et pêche) de la commune. Le 4° quartier fait allusion aux dolmens situés sur le territoire de Saint-Hilaire. Quant à l'écusson mi-taillé, il rappelle que la paroisse, avant la Révolution, était de l'archidiaconé de Vendôme (le lion d'azur sur un champ d'argent et un chef de gueules) , et de l'élection de Châteaudun (3 croissants d'argent sur champ de gueules).  Les 3 coquilles Saint-Jacques rappellent que Saint-Hilaire se trouvait sur la route de Saint-Jacques de Compostelle , de Chartres à Tours passant par Vendôme, symbolisée par une barre de sable.

Création : R.G  BOUVET (1990)

 

 

SAINT-JACQUES DES GUÉRETS :  De sinople à une coquille d'or ; au chef cousu de gueules chargé d'une tour couverte d'argent accostée de 2 étoiles du même.

La coquille Saint-Jacques sur fond de sinople évoque le nom-même de la commune. Quant au chef chargé d'une tour et de  2 étoiles, il rappelle que Saint-Jacques était autrefois une étape importante sur le chemin des pèlerinages aux tombeaux de Saint-Martin à Tours et de Saint-Jacques à Compostelle.

Création : J.P FERNON (1991)

 

 

SAINT-JEAN FROIDMENTEL  :  De gueules à la croix d'or ; mantelé du même chargé d'une aigle de sable ; à 2 felles de sable appointées en chevron, brochant sur la partition , et  une boule de gueules, brochant sur le tout, à la pointe du mantelé.

Le mantelé évoque le nom de la commune. Le champ de gueules symbolise le fief de Rougement dont les premiers seigneurs, de la famille de Rougemont, portaient un aigle dans leur armes, et dont les seigneurs, au XVII°s., finirent par usurper le titre de seigneurs de Saint-Jean . La croix représente le Prieuré de Sainte-Opportune dont les prieurs étaient les curés primitifs de Saint-Jean. Quant aux felles ou cannes de souffleur de verre, et à la boule de gueules, elles rappellent la verrerie de  Rougemont qui, naguère était le centre d'une importante activité de  la commune.

Création : J.P FERNON  (1993)

 

 

SAINT-LAURENT-DES-BOIS (Canton de Marchenoir)
D'or à 4 pals, à la champagne de même chargée d'un pal du champ.
Les 4 pals de sinople et le pal d'or rappellent le gril, symbole de Saint-Laurent, le sinople évoque les bois.
Création J.-P Fernon (1995).
 

 

SAINT-LAURENT - NOUAN : Parti d'azur à un grêlier d'or, et de gueules à un fer de moulin d'argent ; au chef-retrait d'argent.

Le parti symbolise l'union , en 1973,  des deux communes : à dextre, Saint-Laurent des Eaux évoquée par un grêlier, ou trompe, qui rappelle que la commune fut longtemps un important relais de poste sur la route de Paris à Bordeaux passant par la rive gauche de la Loire, et à senestre, Nouan-sur-Loire évoquée par un fer de moulin qui rappelle le moulin à vent de type angevin qui fonctionnait encore au début du siècle. Quant au chef d'argent, il symbolise la Loire.

Création : J.P  FERNON - J.P LAPEYRE  (1994)

 

 

SAINT-LÉONARD-EN-BEAUCE : Parti d'azur à 3 fleurs de lys d'or, à un lambel d'argent, à un filet en bande du même brochant sur le tout; et de gueules à une demi-croix d'argent mouvant de la partition.

Ce sont les armes de François de Longueville, fils de Dunois, compagnon de Jeanne d'Arc, et de son épouse, Agnès de Savoie

 

 

SAINT-LUBIN-EN-VERGONNOIS : De sinople à une mitre d'argent accompagnée en chef de 2 tours et en pointe d'une rivière, le tout d'or, à une roue de moulin (à 8 augettes) de gueules brochant sur la rivière et le champ de l'écu.

Sur un champ de sinople (la forêt), la mitre évoque le patron de la commune, St Lubin, évêque de Chartres au V° s. Les 2 tours symbolisent le château de la Vrillère (qui fut la propriété de Louis Phélypeaux, secrétaire d'Etat de Louis XIV) et les différents manoirs de St Lubin (la Sourdière, Chastulay …). La rivière, c'est la Cisse, la vallée des moulins figurée par la roue de moulin.

Création : JP FERNON (2002)

 

 

SAINT-MARC-DU-COR : De sinople à un cor de chasse d'or, virolé et enguiché de gueules, accompagné en pointe de 2 burèles ondées d'argent.

Le sinople symbolise la forêt;  le cor de chasse fait allusion à l'épithète qui a été attribuée à Saint-Marc parce que, semble-t-il, son territoire était  un lieu de chasse important pour les seigneurs de Mondoubleau. Quant aux burèles d'argent, ce sont les deux ruisseaux qui arrosent la commune : le ruisseau des Pirouettes et le ruisseau de Saint-Mars.

Création : J.J  SILLY (1994)

 

 

SAINT-MARTIN-DES-BOIS : De sinople à un Saint-Georges d'argent, le manteau voltigeant d'azur bordé d'or, monté sur un cheval aussi d'argent  harnaché et sellé de gueules, et terrassant d'une croix latine renversée de sable à longue hampe un dragon d'or ; au chef cousu de gueules chargé de 3 fleurs de Iys d'or.

Saint-Georges terrassant le dragon : armes de l'Abbaye de St-Georges autour de laquelle s'est construit St-Pierre-des-Bois évoqué par la lance en forme de croix renversée rappelant la crucifixion de Saint Pierre ; le manteau voltigeant est celui de Saint Martin. Le champ de sinople évoque la forêt de Gâtine qui couvrait la région. Le chef est aux armes des Lavardin, seigneurs de Ranay , à qui appartenait la seigneurie de la paroisse entre le XII° et le XVII°s.

Création: J.-P. FERNON (1985).

 

SAINT-OUEN : D'azur à une gerbe de blé d'or liée du même, le lien étant souligné d'azur, et issant d'un grêlier aussi d'or, accompagné en pointe de 5 trangles ondées d'or ; au chef du même chargé de 3 tours ouvertes d'azur, celle du milieu reposant sur un cintre aussi d'azur, les deux autres mouvant de la partition.

L'azur et l'or sont les couleurs de Saint-Ouen, les 3 tours représentent les 3 principaux châteaux autour de St-Ouen (BelAir, Poiriers et St-Venant) avec la butte d'origine (La Jousselinière) ; le cor, l'aspect industriel (la fonderie et de Dietrich); la gerbe, la campagne, la nature, les champs, mais aussi la moisson, la richesse, I'espoir, la promesse, le rassemblement. Les trangles ondées de la pointe, c'est l'eau, symbole de vie, la fontaine à l'origine de la commune, le ruisseau , l'étang, le Loir, mais aussi l'évocation des travaux sur les fluides du savant  A. Barré de Saint-Venant.

Création: MM. Cl. BAYLE - BOULAY - JOSÉFIAK.

 

 

SAINT-QUENTIN-LÈS-TRÔO  : Parti au 1 d'argent à 3 fasces de sable, à la bande senestrée en chef d'une croix pattée alésée  ,  toutes deux  de  gueules brochant;  au 2 d'or à 3 peupliers  de  sinople fûtés de sable, celui du milieu plus haut, posés sur une terrasse d'azur.

Commune associée à Montoire depuis 1972. Le parti évoque : à dextre, le passé de Saint-Quentin surtout dominé par la puissante famille de Marescot, seigneurs de Challay, dont les armes ("Parti, au 1, coupé d'argent à une bande de gueules et d'argent à 3 fasces de sable, à la divise de même en chef ; au 2 , d'argent à la croix pattée alésée de gueules"), ont été rappelées; et à senestre, le présent : le plan d'eau .

Création : J.P FERNON (1994)

 

 

SAINT-RIMAY : De sinople à un buste de Saint-Richimer auréolé d'or

Le sinople rappelle la vocation agricole de la commune . Quant à Saint-Richimer, il est le patron de l'église du village auquel il a donné son nom : c'était un ermite vivant aux VII° - VIII° s., qui fonda un monastère florissant à la Fontaine de Gondré .

Création : J.P FERNON (1991)

 

 

SAINT-VIATRE : Parti d'argent au chef d'azur  ;  et d'hermine à 3 fasces ondées de sable, à un lambel de gueules brochant.

Le 1 du parti, ce sont les armes du comte Wolfgang Eberhard von Lupfen, capitaine de lansquenets sous François 1°, qui, pour le récompenser de sa conduite vaillante à la bataille de Marignan, lui donna la seigneurie de Tremblevif - aujourd'hui Saint-Viâtre-. Le 2 , ce sont  les armes de l'épouse de ce comte, Jeanne Cléret. Ces armes figurent à la jonction des arcatures de la chapelle nord de l'église de Saint-Viâtre

 

 

 

 

SAINTE-ANNE :  D'azur à 3 lys de jardin d'argent disposés en forme de fleur de lys, et liés d'or .

Sainte-Anne, mère de la Vierge, dont l'un des attributs est le lys, est la patronne de l'église de la commune.

Création : J.P FERNON (1994)

 

     

SAINTE-GEMMES : Fascé d'argent et de gueules de 8 pièces, à une anille de sable brochant en abîme.

Le fascé, ce sont les armes de l'Abbaye de Marmoutiers qui possédait la seigneurie de Sainte-Gemmes. Quant à l'anille, elle évoque les armes de la famille de Tibivilliers, seigneurs de Noyers et Beaulieu au XVI°s.

Création : J.P FERNON (1998)

 

     

SALBRIS : De sinople à l'écusson en abîme d'argent chargé d'un chevron de sable accompagné de 3 abeilles volant de même, ledit écusson accompagné de 5 quintefeuilles, 3 rangées en chef et 2 aux flancs, et en pointe de 2 faisans adossés, le tout d'or.

La couleur du champ caractérise la situation de Salbris au centre de la forêt solognote. La végétation est symbolisée par les quintefeuilles. Les faisans évoquent les lieux de chasse. Quant à l'écusson en abîme, ce sont les armes des anciens seigneurs ayant possédé la terre de Salbris, les de Thou.

Création : Robert LOUIS (1950)

 

     

SAMBIN : De gueules à une billette d'or remplie au naturel, adextrée d'une crosse d'abbé et senestrée d'une jambe de Sainte-Néomoise, le tout aussi d'or

Le champ de gueules symbolise la vocation viticole de la commune, et la crosse, l'abbaye de Pontlevoy dont relevait le prieuré.  La billette  évoque l'ancien pélerinage à la fontaine miraculeuse de St Urbain danslaquelle les simplets venaient "quérir la pierre de bois et poser leur tête dessus", ce qui avait pour effet de les "débêter". Quant à la jambe de Sainte-Néomoise, elle rappelle la légende de cette bergère dont la jambe d'oie fit fuir de terreur des galants trop assidus.

Création : Cl. CHEVY (1997)

 

     

SARGÉ - SUR - BRAYE :  De gueules à la croix jumelée d'argent cantonnée en chef à dextre d'un croissant contourné du même ; à l'écusson, brochant sur le tout, d'or à 6 annelets de gueules, 3,2,1, accompagnés en abîme d'une étoile à 6 rais d'azur.

La croix jumelée symbolise les 2 églises Saint-Cyr et Saint-Martin de Sargé. Le croissant d'argent sur champ de gueules, ce sont les armes du Prieuré. Quant à l'écusson brochant, ce sont les armes de la famille d'Illiers des Radrets qui possédait l'important château des Radrets situé sur le territoire de la commune.

Création  :  J.P FERNON  -  J.J  SILLY  (1989)

 

     

SASNIÈRES : De gueules à un lévrier passant contourné d'argent, colleté d'azur et bouclé aussi d'argent.

Ce sont les armes simplifiées de la famille Martin de Geoffré, seigneurs de Sasnières aux XVII° et XVIII°s.

Création : J.P FERNON (1998)

 

     

SAVIGNY-SUR-BRAYE : D'azur au lion d'or.

Armes des Graçay, seigneurs de Savigny au XIV° s.

 

     

SEILLAC : De sinople à une tour d'or maçonnée de sable, ouverte et ajourée du champ, posée sur un  étang aussi d'or ; au chef du même chargé d'une  coquille accostée de 2 annelets, le tout de gueules.

Le champ de sinople évoque les bois qui couvrent la commune. L'or symbolise les cultures qui constituent l'une des ressources essentielles de Seillac. La tour - posée sur l'étang - représente le château dont fut propriétaire la famille de Prunelé, rappelée en chef par 2 annelets (Ses armes sont "de gueules à 6 annelets  d'or, 3,2,1" - les émaux ont été inversés). La coquille est l'emblème de l'église dont le patron est Saint-Jacques le Majeur.

Création :  J.P FERNON (1991)

 

     

SELLES-SUR-CHER : D'azur à 3 selles d'or.

Armes parlantes anciennes (XVII°s.)

 

     

SELOMMES :  D'argent à 3 anilles de sable.

Armes des Tibivilliers, seigneurs de Selommes aux XV° et XVI° s.

     

SOINGS EN SOLOGNE : Ecartelé : au 1, d'azur à une tête de César laurée contournée d'argent ; au 2, de gueules à une grappe de raisin d'argent ; au 3 , de gueules à une botte d'asperges d'argent ; au 4, d'azur à un brochet d'argent en pal.

Le 1er quartier évoque les nombreux vestiges gallo-romains de la commune, les autres ses activités économiques

Création: P. VITALI - J. MARTIN-DEMÉZIL (1975)

 

     

SOUDAY : De sinople au sautoir d'or.

Armes des premiers seigneurs de Souday aux XIe et XIIe s.

 

     
SOUESMES : D'azur à une cotice d'or, à un lambel d'argent brochant ; à la filière du même.  

     

SOUGÉ  :  D'argent à 2 fasces d'azur, à la bande fuselée de gueules  senestrée en chef d'une force de tondeur de sable brochant.

Le blason de Sougé combine les armes de plusieurs familles qui ont été à la tête de la seigneurie : des Roches de Sougé, au XIII°s. ("d'argent à une bande fuselée de gueules") - (on retrouve cette bande fuselée dans les armes des du Bellay qui possédèrent la seigneurie au XVII° s. -) ; de Taix, au XIV° s. ("d'argent à 2 fasces d'azur") ;  de Hautefort  ("d'or à 3 forces de tondeur de sable").

Création : J.P FERNON (1993)

 

     

SOUVIGNY-EN-SOLOGNE : Ecartelé : au 1 de gueules à un chapeau de paille d'or orné d'un ruban de sinople, posé en barre et cantonné en chef à dextre d'un E majuscule, et en pointe à senestre d'un L majuscule , tous deux d'or ; au 2 d'azur à une fleur de lys d'or surmontée d'un lambel d'argent ; au 3 d'or à 2 roseaux de sable, le premier en pal, le second penché à senestre, feuillés chacun d'une pièce de sinople et issant d'une onde du champ agitée de sable ; au 4 de pourpre à une église d'or.

Le 1° quartier rappelle Eugène Labiche qui fut maire de Souvigny et dont la pièce de théâtre la plus célèbre est "Le chapeau de paille d'Italie", le champ de gueules symbolisant le rideau du théâtre. Le 2° quartier rappelle que Souvigny appartenait au Duché d'Orléans. Le 3°, c'est l'emblème de la Sologne. Quant au 4°, il représente l'église  Saint-Martin de  Souvigny, célèbre par son caquetoire.

Création : A. DUBOIS - Fr. PETIT-SOISIC (1987)

 

     

SUÈVRES : De gueules à 3 fasces d'argent, à 3 fleurs de lys d'or brochant ; au chef cousu d'azur chargé d'une roue de moulin à 8 augettes du second , adextrée d'un épi et senestrée d'une grappe de raisin, tous deux d'or.

Le champ de gueules à 3 fasces d'argent représente les armes de la Prévôté. Les 3 fleurs de lys symbolisent le passage de Saint-Louis à Suèvres en 1248. Le chef d'azur et la roue de moulin évoquent les nombreux moulins à eau existant encore sur le territoire de la commune. Quant à l'épi de blé et à la grappe de raisin, ils symbolisent , d'une part, la Beauce au Nord de la commune, et d'autre part , l'époque où Suèvres était l'une des premières cités productrices de vin du département.

Création  :  Mme JACQUEMIN - MM . NEVEU et YVONNET (1993)